Passer au contenu principal

Aide au commerce local vaudoisWelQome 1 a fait ses preuves, voici WelQome 2

Les 15 millions d’aide cantonale aux acteurs des loisirs et de la gastronomie ont presque tous été dépensés. Un second volet est envisagé pour l’hiver.

DR

À écouter Philippe Leuba tirer le bilan de l’opération WelQome ce jeudi, on songe presque au New Deal de Roosevelt. L’aide cantonale de 15 millions, mise en route par décret le 24 juin pour relancer l’économie vaudoise en pleine crise sanitaire en allouant un rabais de 20% au consommateur et une plus-value de 10% au vendeur, a touché 1465 commerçants et séduit près de 60’000 clients en trois mois. En tout, ces millions étatiques (13,9 en vérité) ont généré par effet de levier 42,7 millions de chiffre d’affaires pour les enseignes vaudoises participantes. Avec en tête la restauration (39%), les vignerons et brasseurs (33%), puis les activités de loisirs (17), l’hébergement (8), la culture (2) et les transports (1).

«Pour un vigneron par exemple, c’est colossal de vendre pour 60’000 francs de bouteilles entre juin et septembre!»

Philippe Leuba, ministre de l’Économie

À ceux qui s’étonnent de voir l’offre s’éteindre déjà, Philippe Leuba rétorque: «Il fallait relancer l’économie locale maintenant! Et cela a fonctionné: 263 commerçants ont atteint le plafond de 60’000 francs de chiffre d’affaires. Pour un vigneron par exemple, c’est colossal de vendre autant de bouteilles entre juin et septembre.» C’est le cas de 108 vignerons, dont un – dont on ne connaîtra pas l’identité – en cinq jours seulement, record absolu de l’opération. Avec un apport de 50% de nouveaux clients, annoncent certains.

2e plan de relance

Une autre réponse attend aussi les déçus: le Conseil d’État a chargé le ministre de l’Économie de préparer un deuxième plan de relance du même type pour la saison hivernale. «Nous devons capitaliser sur ce qui a été réalisé avec WelQome, indique Andreane Jordan Meier, cheffe du Service de la promotion de l’économie et de l’innovation (SPEI). Certains acteurs du commerce de détail font 40% de leur chiffre d’affaires à la période de Noël; nous devons inciter les consommateurs à acheter chez eux plutôt que chez Amazon.»

Le budget total sera présenté au Grand Conseil d’ici à la fin du mois d’octobre. Les secteurs souffrant le plus de la crise du Covid-19 seront ciblés. Une partie de l’enveloppe pourrait être affectée à l’hôtellerie. Aussi, ceux qui ont atteint le plafond lors de la première opération pourraient ne pas bénéficier des 10% de l’État au deuxième round.

Appel d’offres

Autre détail d’importance, ce que chacun appelle déjà «WelQome 2» ne fera pas l’impasse sur un appel d’offres. Même si QoQa semble présenter les meilleures dispositions pour l’emporter à nouveau. «En mai, nous étions en effet les seuls à pouvoir monter ça en deux semaines en ne facturant au Canton que le prix coûtant (ndlr: 400000 francs pour l’engagement de personnel et l’adaptation digitale), indique son directeur, Pascal Meyer. Mais quoi qu’il en soit, nous avons rempli le côté éducatif de notre mission, en amenant des commerçants réfractaires au «phygital», soit à la digitalisation des acteurs locaux.»

2 commentaires
    Adapt

    Bel exemple de capacité d’adaptation et de rapidité dans l’implémentation !

    Si seulement la digitalisation dans l’éducation pouvait suivre une évolution plus rapide ... comme quoi de bons partenariats et des acteurs motivés peuvent permettre de sortir de l’inertie.