Passer au contenu principal

Canton de VaudYverdon lance un audit sur l’aide au logement

Après des rumeurs sur le comportement inadéquat d’un cadre de l’aide au logement, la Municipalité a décidé de lancer un audit et de déposer une plainte auprès du Ministère public.

La Municipalité d’Yverdon, avec ici son syndic Jean-Daniel Carrard, lance un audit sur la gestion de l’aide au logement (archives).
La Municipalité d’Yverdon, avec ici son syndic Jean-Daniel Carrard, lance un audit sur la gestion de l’aide au logement (archives).
KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Suite à une résolution du Conseil communal, la Municipalité d’Yverdon-les-Bains lance un audit sur la gestion de l’aide au logement. Elle avait été informée courant juillet de rumeurs sur le comportement inadéquat d’un cadre de ce service.

Suite à ces rumeurs concernant un fonctionnaire du Service de la jeunesse et de la cohésion sociale (JECOS), la Municipalité a déposé plainte auprès du Ministère public afin que les faits puissent être établis. Cette enquête est toujours en cours, souligne-t-elle jeudi dans un communiqué. A ses yeux, si les graves faits relatés récemment par la presse sont avérés, ils sont inacceptables et elle ne saurait tolérer de tels abus dans son administration.

Examiner l’attribution d’aide au logement

Mercredi, la Municipalité a décidé de donner suite à la résolution du Conseil communal votée jeudi 3 septembre. Elle suggérait de «mettre en place un audit du fonctionnement de l’attribution de l’aide au logement à JECOS. Objectif: «vérifier si les biens communaux financés par le contribuable afin d’aider les plus faibles ont été gérés de manière régulière et qu’ils ont bien aidé les plus faibles».

Quant au deuxième point de la résolution, «la mise en place d’une cellule spéciale d’aide aux victimes et de protection des lanceurs d’alerte afin que plus personne n’ait peur de parler», la Municipalité n’entend pas se substituer aux structures LAVI existantes. Celles-ci offrent un cadre professionnel reconnu pour la prise en charge des victimes, estime-t-elle.

Arrêt maladie

Un dernier point de la résolution sera évalué par la Municipalité en fonction des résultats de l’audit. Il demandait notamment de «revoir la méthode d’attribution et de révision des logements subventionnés afin que le soupçon ne puisse plus régner dans leur attribution»…

Le collaborateur du JECOS concerné par cette affaire se trouve actuellement en arrêt maladie. Il ne sera pas fait d’autres déclarations sur cette affaire avant que le procureur n’ait terminé son enquête, précise le communiqué.

ATS/NXP