Passer au contenu principal

Yverdon contre-attaqueYverdon-Sport a rendez-vous ce jeudi à 11 heures au TAS

Privé de promotion en raison de l’arrêt définitif du championnat, le club du Nord vaudois s’apprête à plaider sa cause devant le Tribunal arbitral du Sport. Il ne sera pas seul dans la salle d’audience…

Avec ses avocats, Mario Di Pietrantonio, le boss d'Yverdon-Sport, a rendez-vous au TAS.
Avec ses avocats, Mario Di Pietrantonio, le boss d'Yverdon-Sport, a rendez-vous au TAS.
Vanessa Cardoso

En sifflant le 30 avril la fin de tous les championnats «amateurs», de la 5e ligue à la Promotion League, et en décrétant une saison blanche (sans promus ni relégués), l’Association Suisse de football avait brutalement mis fin aux espoirs de promotion d’Yverdon-Sport, qui comptait alors sept points d’avance sur Rapperswil et huit sur le duo composé de Nyon et Étoile Carouge.

Un coup de massue autant qu’un abîme d’incompréhension pour le président Mario Di Pietrantonio. «Aujourd’hui, accusait-il alors, on nous plante un couteau dans le dos. On nous saigne, c’est un assassinat. Le club le plus lésé de toute la Suisse, c’est le nôtre. En gros, on me demande de mettre les cinq millions de francs que j’ai investis à la poubelle. Je peux comprendre beaucoup de choses, mais là, c’est de l’imbécilité pure, une idiotie sans nom.»

Rapperswil de la partie

Après avoir encaissé le coup et menacé de tout laisser tomber sous le coup de la déception, le boss du stade municipal allait vite retrouver sa hargne combative, saisissant quelques jours plus tard le TAS afin d’espérer y obtenir justice et réparation du préjudice subi. Et c’est ce jeudi 11 juin, à partir de 11 heures, que le club vaudois viendra défendre ses intérêts au château de Béthusy.

Très concrètement, Yverdon demande en premier lieu aux arbitres du TAS de valider le classement obtenu après 17 journées, se référant en cela au règlement de jeu des instances nationales, ce qui impliquerait, en cas de verdict positif, la promotion automatique des joueurs du nouveau coach Jean-Michel Aeby.

Dans cette affaire, tout était pipé d’avance

Mario Di Pietrantonio, président d’Yverdon Sport

Également présent ce jeudi à Lausanne, le FC Rapperswil-Jona, défendu par deux avocats zurichois, exigera pour sa part la reprise immédiate du championnat de Promotion League afin de terminer la saison. En face, il y aura l’ASF, défendu par un homme de loi bernois. Robert Breiter, secrétaire général de la Fédération, effectuera lui aussi le déplacement.

Aux yeux de Mario Di Pietrantonio, les dirigeants de l’ASF ont agi par excès de précipitation. «Il y a clairement eu une grosse erreur de leur part et ce n’est pas à Yverdon d’en subir les conséquences, rappelle-t-il. Dans cette affaire, tout était pipé d’avance.» Deux avocats, qui n’ont pas souhaité s’exprimer avant l’audience en raison du devoir de confidentialité, défendront le volumineux dossier d’YS, lourd de plusieurs centaines de pages.

J’ai 35% de chances de l’emporter

Mario Di Pietrantonio, président d’Yverdon Sport

Dans son combat judiciaire, quelles sont les chances de succès du club nord-vaudois? Bien que minces, celles-ci existent – on l’a encore vu en France où le juge des référés du Conseil d’État a suspendu ce mardi les relégations de Toulouse et Amiens en L2. «J’ai 35% de chances de l’emporter, pronostique le patron des «vert». Cela va être la grosse bataille. J’ai aussi quelques munitions.» Parmi les témoins cités par Yverdon: le syndic Jean-Daniel Carrard ainsi que, déjà plus surprenant, Stefan Nellen, actuel vice-président du LS.

Si Yverdon obtenait gain de cause et était d'aventure promu sur le tapis vert, la Swiss Football League se retrouverait bien empruntée avec la présence de… onze équipes pour l'exercice 2020-2021. Suite à la décision initiale de l’ASF, voilà six semaines déjà que l’on sait qu’il n’y aura pas de relégation de Challenge en Promotion League cette année. Il est fort probable que le cas du FC Chiasso, avec l'arrivée récente de Football Capital SA, une société de courtage notamment active dans le placement de joueurs, s’invite aussi dans les débats.